adoption_actualite02

L’actualité Francophone de l’adoption

Actualité et revue de presse francophone de l’adoption dans le monde.



Livre : Céline Giraud : “J’ai été volée à mes parents”

19 February, 2009 ( Lire, Pays, Pérou, Temoignage )

En plus de l’activité de l’association, La voix des adoptés Céline Giraud a écrit un livre intitulé J’ai été volée à mes parents,  qui raconte comment elle a découvert que sa mère de naissance et ses parents adoptifs, et elle! , ont été victimes d’un trafic d’enfant démantelé au Pérou en 1980. Ils sont 24 enfants à avoir été volés puis adoptés en France. Bien sur, rien ne transpire ca ferait trop tâche dans le paysage. Même l’OAA, pourtant au courant de cette histoire depuis le début, n’en a jamais parlé aux parents adoptifs et ne souhaite pas s’exprimer sur le sujet…OAA qui exerce encore!!! Ce qui fait scandale fait peur, surtout dans l’adoption..

Présentation de l’éditeur
En se lançant à la recherche de ses origines, Céline Giraud ne soupçonne pas le mystère dont elle va tirer le fil. Adoptée à l’âge de 16 jours au Pérou, cette jeune Française a toujours cru que ses parents, trop pauvres pour l’élever, l’avaient abandonnée. Mais voilà que cette employée de banque, mère d’une petite fille, découvre soudain qu’elle a été victime d’un réseau de trafiquants d’enfants. ” Tu n’as pas été abandonnée, tu as été volée “, lui révèle-t-on. Des deux côtés de l’Atlantique. Céline entreprend alors une investigation hors du commun. Elle fouille les archives, renoue avec les protagonistes, recueille des éléments sidérants sur le trafic. Elle découvre qu’une vingtaine d’enfants, comme elle, ont été dérobés à l’affection des leurs. La plupart vivent en France, encore dans l’ignorance de ce terrible secret. Son témoignage, émouvant et fort, est un livre sur l’adoption mais aussi un livre d’enquête. Le récit d’une jeune femme qui, après vingt-trois ans de séparation forcée, découvre l’amour de sa mère naturelle sans jamais renier pour autant celui de ses parents adoptifs. Un cri du cœur et un message d’espoir.



------------

Abonnez vous au Flux RSS Complet
ou Abonnez-vous par Email

------------

Commentaires

» Abonnez vous au flux RSS des commentaires de ce billet

Commentaire de Monica Ghrenassia |

J’ai découvert vers l’âge de 37 ans que j’avais été l’objet d’une substitution d’enfant. Quand j’étais enfant, je ressentais inconsciemment que je ne faisais pas partie de la famille dans laquelle j’ai grandi, m’isolant de celle-ci,n’acceptant même pas qu’ils me frôlent, ne parlant à personne et me couchant souvent. Il faut dire que j’étais balottée d’une famille à l’autre car j’allais souvent chez ma vraie mère sans savoir qui elle était pour moi et dans ma vraie famille, je n’y ressentais pas tout le malaise que j’avais au milieu de la fausse. Après ma découverte, adulte, je suis confrontée au silence des protagonistes de la substitution d’enfant, ma vraie mère et la fausse à cause de l’illégalité de leur action. J’ai pu constituer un dossier la substitution d’enfant dont je suis encore victime adulte à cause de la prescription qui fait que la justice n’a rien voulu faire pour me rendre ma véritable identité.
Comme on le dit souvent :”Ce sont toujours les enfants qui trinquent!”

Commentaire de Adoption Actualité |

@Monica merci pour votre commentaire touchant : je viens de visionner vos vidéos sur daily motion. Je ne peux que vous souhaiter courage pour supporter une telle épreuve dans la vlie

Commentaire de Monica Ghrenassia |

Merci à Adoption Actualité,
je viens de voir seulement aujourd’hui votre commentaire qui a été fait suite au mien, ça m’a fait plaisir et je vous en remercie. Si vous avez besoin d’un témoignage concernant le secret de famille dont je suis l’objet ou des questions à poser, n’hésitez pas à m’écrire à : ghrenassia.monica@numericable.fr Vous pouvez aussi faire des commentaires sur mon blog http://demande.centerblog.net ainsi que d’autres personnes qui auraient besoin de s’exprimer sur une adoption qu’elles auraient vécu. Sachez que je pense souvent à Céline Giraud qui a été volée à sa mère; en lisant son livre, j’ai vu qu’il y avait des similitudes dans nos deux cas. Seulement, en ce qui me concerne, je suis cernée par la loi de silence des gitans par lesquels, j’ai manifestement été vendue vers l’âge de 2 ans. Bien sûr, il y a des adoptions légales et nécessaires dans certaines situations. Le problème, ce sont les adoptions illégales qui troublent d’autant plus l’enfant qu’on lui cache les choses comme si c’était un robot qui ne ressentait rien. Merci encore à vous. Monica (sachez que j’utilise mon vrai nom sur internet et pas l’adoptif).