adoption_actualite02

L’actualité Francophone de l’adoption

Actualité et revue de presse francophone de l’adoption dans le monde.



La «barbarie» des mères porteuses

17 April, 2009 ( Mère porteuse )

Elle admet que le sujet la passionne, la remue du cerveau à l’utérus. Sylviane Agacinski, philosophe, publie un essai sur les mères porteuses, un texte intransigeant et brillant, écrit à rebours des évolutions de la société. Dans Corps en miettes (1), elle écrit : «J’éprouve un certain dégoût à devoir argumenter pour dire pourquoi il est indigne de demander à une femme de mettre son ventre à la disposition d’autrui.» Elle souligne, elle-même, le mot «dégoût».

liberation.fr

------------

Abonnez vous au Flux RSS Complet
ou Abonnez-vous par Email

------------

Commentaires

» Abonnez vous au flux RSS des commentaires de ce billet

Commentaire de JasmineW |

« Les glissements sémantiques intéressent aussi beaucoup Sylviane Agacinski. “On est passé des «mères porteuses», aux «mères de substitution», puis à la «maternité de substitution», à la «maternité pour autrui» avant d’atteindre la GPA (gestation pour autrui). Les mots sont ici le symptôme d’un malaise (…) L’idée d’utiliser un être vivant pour sa capacité «gestationnelle» n’avait d’ailleurs concerné jusqu’ici que les animaux d’élevage.»

Permettez-moi de m’esclaffer ! Un peu de rappel sémantique et historique. C’est la loi de 1994 qui introduit les termes de procréation pour autrui (la femme qui porte l’enfant d’autrui passe par une insémination de sperme, elle transmet donc aussi son patrimoine génétique) et la gestation pour autrui (la femme porte un embryon issu des gamètes des parents d’intention. Il n’y a donc pas de lien génétique entre cette femme et l’enfant). Ce sont donc deux situations bien différentes en matière de psychologie comme de physiologie. Ensuite, le Sénat en 2008 a étudié ces deux catégories d’arrangements reproductifs dans un rapport sous le titre de « Maternité pour autrui ». Le malaise que S. Agacinski est qu’elle ne s’est jamais penché sur ces questions et qu’elle reprend le terme utilisé lors des polémiques de la fin des années 80 : les mères porteuses. Ignorance crasse et manipulation, voilà la réalité. Par ailleurs, quelle différence dans le discours avec Mme Boutin ?

Ensuite, il me semble que les propos outranciers de Mme Agacinski sont un jugement des actes des couples infertiles truffé d’insultes les plus débiles. Comment peut-elle faire croire que des grandes démocraties comme l’Angleterre, les USA, le Canada, l’Australie qui ont passé des législations pour autoriser et encadrer la GPA seraient des pays où l’esclavage serait autorisé ??? Mais Mme Agacinski ne s’embête pas à rencontrer la réalité des personnes (couples infertiles, gestatrices, et surtout enfants nés par GPA) car Madame sait tout et s’appuie sur de grands penseurs. Regardons-y de plus près :

Elle cite Marx qui avait prédit l’avènement d’une société où les pauvres produiraient les enfants pour les couples riches. Comme les techniques d’assistance médicale à la procréation n’existaient pas même en rêve à l’époque du grand Karl, alors, de quoi parlait-il ? Ne serait-ce pas plutôt de l’adoption que certains parent de toutes les vertus au point de nier la liberté pour un individu de choisir la façon dont il entend bâtir sa famille ? Mme Agacinski va-t-elle vouloir aussi interdire l’adoption au nom de ses grandes convictions toutes personnelles ?

Il faut remarquer chez S. Agacinski une grande capacité à travestir et instrumentaliser la réalité. Dans un face à face avec le Pr Debré recueilli par le Figaro (http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2007/11/09/01006-20071109ARTFIG0…), elle se recommande de Maurice Godelier dans son livre Métamorphose de la parenté pour prétendre que les enfants d’une mère porteuse ont peur d’être vendu à leur tour. Bêtise ou mauvaise foi ? Maurice Godelier est un des premiers signataires de l’appel pour la légalisation de la GPA lancé par l’association CLARA dont il fait partie au sein du Comité d’experts. Et son livre nous dit une tout autre musique que les fariboles de Mme Agacinski. Il faut dire que cette philosophe de la faribole apocalyptique n’en est pas à son coup d’essai. Au lendemain de la branlée bien regrettable subie par son mari Lionel Jospin, elle nous avait pondu un livre pour expliquer à ces idiots de Français qu’ils avaient mal voté. Et rebelote avec les militants socialistes après le vote interne à la candidature aux présidentielles qui avait vu gagner haut la main S. Royal (vidéo saisissante au http://www.lepost.fr/article/2008/10/12/1286633_chronique-de-la-haine-extra-ordinaire-sylviane-agacinski-et-l-inquisition.html).

Au fait, à part faire la promotion de son bouquin, quelle peut-être la motivation de cette philosophe de la gauche réactionnaire ? Car on peut légitimement s’interroger sur ce qui la motive à jouer obsessionnellement les talibans de la procréation ? Un problème personnel qui renvoie à l’image de la mère ? Le fait qu’elle ait choisi de laisser en route son enfant pour vaquer à une nouvelle union avec L. Jospin ? C’est vrai, j’oubliais, dans la philosophie selon Mme Agacinski, on ne s’encombre pas de la réalité.